Archive pour février 2010

Vidéo sur l’association

Samedi 27 février 2010

Vidéo réalisée dans le cadre d’un stage de L’INA, début 2008.
Réalisation de Manou JAKUBOWICZ

video Fortuna

Le bon, la brute et la rapière – Stage d’ecrime ancienne

Samedi 27 février 2010

Les dates : Samedi 20 mars 2010, 13h30 à 18h30 et dimanche 21 mars, 10h à 17h30

Adresse du stage : salle d’armes, gymnase Lénine, 50 bd de Brandebourg, 94200 Ivry-sur-Seine.

Prix : 85 euros – Les inscriptions ne sont prises en compte qu’après un versement de 30 euros d’arrhes.

Tous les détails de ce stage sur le site de la Compagnie Cyclone ou le site de Jeux d’épées

Et, bien sûr, les escrimeurs de Fortuna seront là en force!

De Joie et de Jeunesse – 6ème jeu-parti

Samedi 27 février 2010

- Pourquoi t’ai-je accompagné?

Il est assis prés de la fontaine et me regarde d’un air farouche.

- Tu sais que je n’apprécie guère tes jeux. Je trouve ces règles d’amour déplacées. Ne te méprend pas! Je sais aimer, et j’apprécie la présence des Damoiselles! Mais conviens avec moi que tout cela est bien rigide, artificiel

Je ne réponds pas. Le doux bruit de la fontaine comble le silence. Il reprend en se levant d’un coup.

- Et pourquoi devrions-nous être soumis à la dame? En voilà un drôle de sentiment, régis par des règles et des commandements ! Et pourquoi être lié en se sentant inférieur?
Je souris en lui répondant :
- Allons compagnon! Pourquoi essayer de caricaturer la Fin’Amor? Ne cache pas ton peu de patience aux jeux courtois derrière des raisons puériles. Ce qui se passe entre la Dame et son soupirant est un doux secret bien complexe. Le Jeu d’Amour est subtil. Je reconnais devant toi que nous imposons comme règle principale que la Dame est maîtresse du jeu amoureux…

- Ah! Tu vois!

- Mais, mon orgueilleux amis, le piège est tendre! Qu’importe d’être vassal, si le suzerain te comble de biens! Ne vois aucun abaissement à lui reconnaître le pouvoir. C’est une grande responsabilité qu’elle a, puisqu’elle a ton cœur et ta vie. Elle serait bien indigne d’être aimée celle qui abuserait de ce pouvoir. Laisse-moi te parler d’une troubairitz passionnée. Nous la connaissons sous le nom de la Comtesse de Die. Ce fut une Dame de grande noblesse, de grand talent et une grande amoureuse. Je te propose un de ces chants :

De joie et de jeunesse je me rassasie.
Joie et jeunesse me rassasient.
Mon ami est le plus malicieux,
Alors je suis vive et malicieuse.
Puisque je suis vraie avec lui,
Il est bon qu’il soit vrai avec moi.
A l’aimer, je ne renonce pas,
Et je n’ai pas le cœur de m’éloigner.beatritz-de-dia

Il me ravit et je sais qu’il vaut mieux que moi,
Celui pour qui j’ai le plus grand désir.
A celui qui le premier m’attira,
Je prie Dieu qu’il donne joie.
Que celui qui dirait du mal de lui,
On ne le croit pas, sauf si c’est moi qui fais le reproche!
Bien souvent on rassemble les verges
Dont soi-même on se frappe!

Et la dame qui s’y connaît en vrai mérite
Elle doit placer sa confiance en un preux chevalier vaillant
Alors, quand elle reconnaît son courage,
Qu’elle ose l’aimer ouvertement,
Car la dame à l’amour ouvert,
Les personnes vigoureuses et avenantes
Lui rendront hommage.

J’en ai choisi un valeureux et gracieux
Par qui le mérite progresse et s’affine.
Lui, généreux, adroit, cultivé
Sage et savant,
Je le prie de me faire confiance
Que personne n’aille lui faire croire
Que je l’abandonnerai,
Tant que, bien entendu, rien en lui ne me déçoit!

N’aimerais-tu pas être l’amant qu’elle chante et qu’elle décrit avec tant de passion? Que penses-tu des tendres chaînes qu’elle propose? Te sentirais-tu rabaissé d’être tant aimé?

- Bon! Je t’accorde que tu défends adroitement tes idées mais…

- Silence maintenant, mon cher compagnon, j’entends approcher Gentes Damoiselles et Chevaliers. Nous reprendrons notre conversation plus tard. Pour le moment, reste donc avec nous et, si le cœur t’en dit, participe à notre nouveau Jeu-parti

Dans notre Jardin Courtois, je m’avance et vous demande ceci :

Que doit préférer un amant, ou d’avoir les faveurs de sa mie, en l’exposant à un éclat, ou de manquer ces faveurs pour garder leurs amours secrètes?
Un temps de réflexion ou nous n’entendons que le bruit de l’eau qui coule à la fontaine. Il fait doux et nous sommes en honnête compagnie. Qui prend la parole?