Archive pour la catégorie ‘Stages’

Stage – Chercher sa voie, trouver sa voix – Les photos

Mardi 28 novembre 2017

Voici quelques photos du stage «Chercher sa voie, trouver sa voix» organisé par Fortuna, le dimanche 26 novembre 2017. Merci à notre intervenant, Philippe PENGUY, pour son attention et sa pédagogie. Une journée de découvertes et bien agréable avec un groupe très sympathique.

D’autres photos sur notre page Facebook.

Stage : Commedia dell’arte « Masques,improvisations et création d’un scénario »

Mardi 31 octobre 2017

Fortuna vous propose un nouveau stage :

Commedia dell’arte

Masques, improvisations et création d’un scénario

samedi 24 et dimanche 25 février 2018

suivi d’une présentation publique du travail des stagiaires le dimanche 25 à 18h.

commedia dell'arte

La Commedia dell’Arte est apparue au 16ème siècle en Italie. Le succès de cette forme théâtrale fut phénoménal et les compagnies de Commedia se propagèrent dans toute l’Europe, influençant ainsi durablement tout le théâtre occidental. Ces troupes pouvaient monter jusqu’à quarante spectacles par an grâce à leur maitrise de l’improvisation et de la création de scénarios ou canevas.

On retrouvait à chaque fois dans les pièces proposées les personnages archétypaux de la Commedia : Arlequin, Pantalon, Polichinelle, Le Capitaine, Les Amoureux, etc …

Ces spectacles comiques aux nombreux lazzis étaient également ponctués de spectaculaire : chant , danse , mime, combat , acrobatie …

Evidemment il fallait plusieurs années d’apprentissage aux « comédiens de l’art » pour atteindre une maîtrise suffisante dans tous ces domaines.

 

Pour ce nouveau week-end de stage nous continuerons le travail des fondamentaux : le travail du corps et de la voix, le masque, les attitudes des personnages de commedia, l’improvisation et le lazzi.

Nous poursuivrons avec le passage de l’improvisation au canevas avec l’élaboration de courts scénarios en reprenant et étoffant les propositions d’improvisations.

Et nous proposerons un rendu public d’un ou plusieurs scénarios de Commedia dell’Arte à la fin du stage car cette forme de théâtre a besoin de se confronter très vite avec le public et cela permettra aux stagiaires de concrétiser le travail abordé durant ces deux jours !

[Balli_di_sfessania]_[13]_[Capitaine_[...]Callot_Jacques_btv1b8495705k

Intervenant : Stéphan Debruyne de la compagnie À tout va !

stephan debruyne _6_0680271871Ses études théâtrales à l’université Paris 8 à peine achevées, il rencontre Carlo Boso en 1996 dans le cadre d’un stage organisé au sein de la compagnie du Mystère Bouffe à Paris. Il se passionne immédiatement pour cette forme théâtrale où l’acteur devient auteur par le biais de l’improvisation et où l’apprentissage des techniques (jeu masqué, chant, escrime, pantomime, acrobatie, danse, musique, etc..) permettent un théâtre total drôle, percutant et tellement efficace auprès du public. Carlo Boso lui propose de rejoindre sa troupe et il va travailler de manière récurrente avec lui (Horatio dans La Folie d’Isabelle, Freddy dans Quai Nord, Roméo et Brighella dans Les Amants de Vérone, Cinzio dans Scaramouche). Ses années passées près du « maître» achèveront sa formation sur la Commedia dell’Arte. Durant ces années il travaille également le chant classique avec Benoît Combes et Samuel Muller, se forme à l’escrime-spectacle avec Maître Heddle Robboth et Maîtres Camboni et Rostain et à la pantomime avec Pavel Ruba. Formé au clown par Gabriel Chamé en 1999, qui le mettra en scène dans le rôle de Protée dans Les Deux Gentilshommes de Vérone de Shakespeare, il se spécialisera dans un théâtre comique, exubérant et poétique qui rend possible une critique de notre société avec humour et distance. En 2003, Jean-Hervé Appéré  crée Comédiens et compagnie et lui propose d’intégrer la troupe. Cette aventure se poursuit autour du théâtre classique, de la  Commedia dell’ Arte et de l’opéra : plus de 600 représentations.

Depuis 2000, Stéphan Debruyne dirige des ateliers et stages de Commedia. En 2004 il enseigne au Studio Alain de Bock à Paris jusqu’en 2008 où se forme la compagnie À Tout Va ! du désir des élèves de créer et de jouer ensemble.Il a mis en scène avec la Cie Atoutva “L’Amour Médecin“ de Molière,  “Le Dragon“ d’Evguéni Schwartz et deux créations collectives “Masques“ et “Malicorne“. Il est aussi depuis 2014 metteur en scène des créations théâtrales des Rencontres Musicales du Malzieu : “Pierre et le Loup“, “Les correspondances de Mozart“,  “Histoire de la Bête“, « Lettres de Poilus de Lozère“.
La commedia dell’arte est apparue au XVe siècle : elle tient ses racines des fêtes du rire qui sont à la base de grands carnavals. Les représentations eurent d’abord lieu sur des tréteaux avec un comique principalement gestuel (pitreries). Dans la comédie improvisée, le discours est sans cesse renouvelé, les acteurs s’inspirent des circonstances et des drames contemporains et font de la pièce qu’ils représentent une œuvre changeante, incessamment rajeunie. Les types comiques sont les mêmes que ceux de la comédie italienne : ses masques et ses bouffons s’y retrouvent. Il y a d’abord les quatre types principaux : Pantalon, le Docteur, le Capitan, et les zannis ou valets, avec leurs variétés de fourbes ou d’imbéciles, d’intrigants ou de poltrons ; puis les amoureux, les Horace, les Isabelle ; enfin les suivantes, comme Francisquine.

Ce stage vous est proposé le week-end du

24 et 25 février 2018

de 10 h à 18 h (pause déjeuner de 1 h)

À la  Maison pour tous (MPT) Marcel Bou

8-10 rue du docteur Sureau 93160 Noisy-le-Grand

Inscriptions par mail : association.fortuna@gmail.com

ou par téléphone au 01 43 04 44 73

(nombre de place limité)

80 € par personne pour les deux jours paiement sur place.

 

Vous trouverez ici des photos de nos précédents stages de Commedia dell’arte

Stage : Commedia dell’arte – 26 et 27 avril 2014

Stage de Commedia dell’arte du 9 et 10 mars 2013 – les photos

 

 

 

Stage – Chercher sa voie, trouver sa voix

Dimanche 10 septembre 2017

Pour le premier stage de la saison 2017-2018, Fortuna vous propose d’explorer votre voix.

 

La voix : le vecteur essentiel du comédien, du conteur, du chanteur. Si l’émotion se transmet de différentes manières, le corps compris, le texte, lui, passe nécessairement par la parole. A partir de là, comment parvenir à trouver sa propre voix.

Certains sont naturellement doués pour cela, la voix placée, suffisamment forte pour porter de la scène jusqu’au fond du théâtre, ou encore pour réussir l’exercice difficile du plein air.

Mais tout le monde n’a pas cette chance. Il est alors nécessaire d’identifier ce qui bloque, ce qui empêche la voix de sortir pleinement, de comprendre pourquoi elle se casse soudain, au détour d’une phrase. Il convient de prendre conscience de son souffle, de sa respiration, du placement de la voix. Il convient aussi de faire la part de la technique et celle de la sincérité de l’interprète.

Comment faire en sorte d’articuler pleinement, de porter sa voix sans hurler, et sans abimer cet outil si utile lorsque l’on veut aller sur scène…

Durant ces quelques heures, nous tenterons d’aborder, au travers d’une série d’exercices simples, les possibilités d’améliorer notre organe vocal. De dédramatiser également ce qui peut parfois être vécu douloureusement par la comédienne ou le comédien. Car les difficultés ne sont pas seulement d’ordre technique, la voix étant par essence propre à chacun, plus qu’un simple mode d’expression, mais également un certain reflet de nous-mêmes. Il faut donc l’accepter pour ensuite l’apprivoiser et en faire un formidable transmetteur d’émotions.

L’objectif est que chaque intervenant puisse repartir avec des outils lui permettant de travailler sa voix chez lui, grâce à des exercices adaptés. Après un échauffement et des exercices techniques, nous aborderons le texte de votre choix. J’amènerai également un corpus de textes divers, théâtre, correspondances, extraits de romans.

Intervenant : Philippe PENGUY

philippe penguy

Metteur en scène, comédien, auteur, il est co-fondateur et directeur artistique de la Cie Cyclone. Formé comme comédien à l’American Center, il joue régulièrement au théâtre (Charlemagne dans La chanson de Roland, Pélée dans Andromaque  d’Euripide, Nicolas Flamel dans Les petites morts de Nicolas Flamel de Véronique Langeley et Mathias Colnos, Hélicanus et différents rôles dans Périclès, prince de Tyr de Shakespeare, le grand Tui du palais et différents rôles dans Turandot de Brecht, le chevalier dans L’heureux stratagème de Marivaux, Tchouboukov dans Une demande en mariage de Tchekhov, Zigalov et le général dans Une noce  de Tchekhov…). Plus récemment il intègre la Compagnie Boréale pour Petites Histoires de la folie ordinaire de Petr Zelenka. Parallèlement à son parcours de comédien, il est l’auteur de neuf pièces de théâtre (Rouge est le sang, Le passager de la nuit, une trilogie sur le roi Arthur et un conte de Noël,Mélisande et le père Noël,à destination du Jeune Public…). Il a également  travaillé comme assistant à la mise en scène de Sylvain Lemarié pour l’Odyssée, d’après Homère ainsi que comme assistant-réalisateur pour la chaîne de télévision la Cinq de 1989 à 1992.

En 2009, il conçoit et dirige six spectacles (Les mousquetaires 1643, La salle d’Armes 1740, Duellistes sous le Premier Empire, Les réminiscences, Le salon littéraire de Madame Récamier, Un vent de liberté) à l’occasion de La Nuit des Musées et des Journées du Patrimoine, pour le musée de l’Armée à l’Hôtel National des Invalides. Pour ces spectacles, il fait délibérément le choix de trois spectacles axés sur l’Escrime Artistique, destinés à être vus dans la Cour d’Honneur par plusieurs milliers de spectateurs, et de trois spectacles intimistes joués dans l’Auditorium Austerlitz, Le Grand Salon ou les allées du Musée. En 2011 il écrit et met en scène Noce à la Villa une commande pour la ville de Noisy-le-Grand.

En 2012 il met en scène Macbeth de Shakespeare, qui a été joué près de 70 fois au théâtre Le Ranelagh à Paris, au théâtre Berthelot à Montreuil ainsi qu’au théâtre Jacques Duhamel de Vitré. En 2013, il monte Femmes de légendes dans le cadre de la Journée de la femme pour l’espace Michel Simon à Noisy-le Grand et en 2014 D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente, spectacle théâtral et musical autour des deux guerres mondiales, joué à Paris, en banlieue parisienne et à Lyon.

Il dirige également des spectacles de rue pour la compagnie Cyclone (Un jour au Moyen-Âge spectacle à 15 personnages, joué depuis 2004), des ateliers d’écriture débouchant sur des spectacles théâtraux ou des courts-métrage au sein des quartiers de la ville de Gonesse (Les pitoyens en 2006, Du pain citoyen en 2010, le court-métrage Rêve de foot en 2013, un documentaire sur la famille en 2014). Ces divers projets financés par la région Ile-de-France, La Politique de la Ville et la commune de Gonesse, ont souvent combiné ateliers d’écriture et de photographie et ont débouché sur plusieurs expositions, spectacles et projections présentés à l’occasion des Journées Citoyennes.

Il a également fondé la section d’Escrime Ancienne à Ivry-sur-Seine en 2001, ce qui l’amène à régler les combats de différents spectacles (Bretagne en Marches, Les faux jumeaux vénitiens, Coucy à la Merveille, Le dernier bal de la reine …). Il a par ailleurs écrit un roman, plusieurs nouvelles et travaille à un scénario de long-métrage.

Ce stage vous est proposé le dimanche 26 novembre 2017 
de 10 h à 18 h (pause déjeuner de 1 h)
À la Maison pour tous (MPT) Marcel Bou
8-10 rue du docteur Sureau 93160 Noisy-le-Grand 
Inscriptions par mail
 : association.fortuna@gmail.com 40 € par personne.
Attention! Votre inscription sera validée par une réponse à votre mail à la réception de votre paiement par chèque à l’ordre de Association Fortuna (pour une première participation) à adresser à :
Association Fortuna 14 allée du Colonel Fabien 93160 Noisy le Grand

 

Stage – A la découverte de sa voix parlée et chantée – Les photos

Jeudi 25 décembre 2014

Voici quelques photos du stage « A la découverte de sa voix parlée et chantée » organisé par Fortuna. Un Week-end plein de plaisir et de découverte. Merci à notre intervenante,  Maïlis Dupont.

 

Stage – A la découverte de sa voix parlée et chantée – 30 novembre 2014

Dimanche 5 octobre 2014

Comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous faisons de la musique sans en avoir conscience. Bien sur nous chantons (sous la douche…) mais aussi notre intonation varie selon ce que nous souhaitons communiquer ou selon notre état émotionnel ou physique. D’où le constat : l’harmonie corps/voix est indispensable à la maîtrise vocale. En recherchant l’énergie dans la détente, nous proposons de vous apprendre à utiliser votre corps et à le mettre au service de votre voix, en veillant, bien évidemment, à ne pas blesser cet outil délicat. Nous commencerons donc par des jeux de groupe, ayant pour but de connaître et d’apprécier les corps et les voix qui nous entourent. Puis des exercices plus personnels viendront compléter cette recherche en permettant à chacun de trouver son aisance corporelle indispensable à une bonne technique vocale. Enfin nous travaillerons sur des textes choisis. Nous vous demanderons d’apprendre un petit monologue de votre choix. Après votre inscription, nous vous ferons parvenir les paroles d’une chanson qui nous servira de base pour un exercice. Nous vous recommandons de porter une tenue dans laquelle vous serez à l’aise pour les exercices corporelles.

Biographie

Comédienne, Maïlis Dupont a été formée en théâtre, par David Garel, Georges Bécot et Frédérique Farina et, en chant, par Laurent Austry et Stéphane Roche.

Elle a chanté dans pluMaïlis Dupontsieurs comédies musicales et opérettes telles que « Les Misérables » de Victor Hugo, « West side story » de Jérôme Robbins et Robert Wise, « Le mariage aux lanternes » d’Offenbach où « Le Temps des Copains » de Clémence Mercier…

Elle a également joué au théâtre dans des pièces classiques et contemporaines telles que « Parle moi maman, Franco est mort » d’Annie Rodriguez, « On ne badine pas avec l’amour » d’Alfred de Musset, « Ohne » de Dominique Wittorsky ou encore « Dom Juan », « Le Misanthrope », « Le Malade imaginaire » et « George Dandin » de Molière…

Enfin, e lle a tourné dans plusieurs films pour la télévision et le cinéma, comme « La Planque » de Akim Isker, « Musée haut, musée bas » de Jean-Michel Ribes, « L’empreinte de l’ange » de Safy Nebbou, « La résistance » pour FR2, « Les innocents » de Georges Simenonou encore dans des séries télévisées telles que « Fais pas ci, fais pas ça » de Pascal Chaumeil, « Avocats et associés » de Valérie Guignabodet et Alain Krief, « RIS. Police scientifique » de Stéphane Kaminka et TF1 production

Elle complète également son expérience professionnelle en travaillant l’escrime de spectacle avec le maître d’arme Philippe Penguy. Ce qui lui a permis de participer à plusieurs événements, notamment pour le Téléthon ou le musée des Invalides…    

Ce stage vous est proposé le dimanche 30 novembre 2014 
de 10 h à 18 h (pause déjeuner de 1 h)
À la Maison pour tous (MPT) Marcel Bou
8-10 rue du docteur Sureau 93160 Noisy-le-Grand
Inscriptions par mail
 : association.fortuna@gmail.com 40 € par personne.
Votre inscription sera validée à la réception de votre paiement par chèque à l’ordre de Association Fortuna à adresser à :
Association Fortuna 14 allée du Colonel Fabien 93160 Noisy le Grand

Stage : Commedia dell’arte – Le passage de l’improvisation au canevas – 26 et 27 avril 2014

Vendredi 28 mars 2014

1_4pantalone_gallica

Fortuna vous propose un nouveau stage :

Commedia dell’arte

Le passage de l’improvisation au canevas

Les compagnies de Commedia dell’Arte pouvaient monter jusqu’à quarante spectacles par an. Elles avaient élaborer différentes techniques pour créer une pièce en quelques jours. La principale étaient le travail du canevas. Le Capo comico ou chef de troupe proposait un canevas aux comédiens, cela consistait à décrire la situation de départ puis à donner une trame contenant l’ordre des scènes avec les entrées et sorties des personnages et une explication sommaire sur le contenu des scènes .

Ensuite revenait aux comédiens le travail de « remplissage » par l’improvisation.arlequin

On y rajoutait également du spectaculaire : chant , danse , combat , acrobatie …

et on obtenait ainsi un spectacle qui pouvait être donné au public.

Evidemment il fallait plusieurs années d’apprentissage aux « comédiens de l’art » pour atteindre une maîtrise suffisante dans tous ces domaines.

Pour ce nouveau week-end de stage, dans la suite de notre stage de mars 2013 nous continuerons le travail des fondamentaux : l’improvisation, les personnages de commedia, le jeu masqué et nous poursuivrons avec une nouvelle étape : le passage de l’improvisation au canevas ; où comment élaboré des courts scénarios en améliorant et en étoffant les propositions d’improvisations pour élaborer des scènes plus complètes qui mis ensemble avec quelques lazzis, extraits de répertoire classique et effets spectaculaires commenceront à donner l’idée d’un véritable spectacle de commedia.

Le répertoire classique bienvenu serait celui des comédies de Molière , Goldoni ou Shakespeare que connaîtront les stagiaires …

2zanni

Intervenant : Stéphan Debruyne de la compagnie À tout va !

STEPHANESes études théâtrales à l’université Paris 8 à peine achevées, il rencontre Carlo Boso en 1996 dans le cadre d’un stage organisé au sein de la compagnie du Mystère Bouffe à Paris. Il se passionne immédiatement pour cette forme théâtrale où l’acteur devient auteur par le biais de l’improvisation et où l’apprentissage des techniques (jeu masqué, chant, escrime, pantomime, acrobatie, danse, musique, etc..) permettent un théâtre total drôle, percutant et tellement efficace auprès du public.
Carlo Boso lui propose de rejoindre sa troupe et il va travailler de manière récurrente avec lui (Horatio dans La Folie d’Isabelle, Freddy dans Quai Nord, Roméo et Brighella dans Les Amants de Vérone, Cinzio dans Scaramouche). Ses années passées près du « maître» achèveront sa formation sur la Commedia dell’Arte. Durant ces années il travaille également le chant classique avec Benoît Combes et Samuel Muller, se forme à l’escrime-spectacle avec Maître Heddle Robboth et Maîtres Camboni et Rostain et à la pantomime avec Pavel Ruba.
Formé au clown par Gabriel Chamé en 1999, qui le mettra en scène dans le rôle de Protée dans Les Deux Gentilshommes de Vérone de Shakespeare, il se spécialisera dans un théâtre comique, exubérant et poétique qui rend possible une critique de notre société avec humour et distance. En 2003, Jean-Hervé Appéré avec lequel il joue sous la direction de Carlo Boso, crée Comédiens et compagnie et lui propose d’intégrer la troupe.
Cette aventure se poursuit autour du théâtre classique, de la  Commedia dell’ Arte et de l’opéra : plus de 600 représentations.

Depuis 2000, Stéphan Debruyne dirige des ateliers et stages de Commedia. En 2004 il enseigne au Studio Alain de Bock à Paris jusqu’en 2008 où se forme la compagnie À Tout Va ! du désir des élèves de créer et de jouer ensemble.
La commedia dell’arte est apparue au XVe siècle : elle tient ses racines des fêtes du rire qui sont à la base de grands carnavals.
Les représentations eurent d’abord lieu sur des tréteaux avec un comique principalement gestuel (pitreries). Dans la comédie improvisée, le discours est sans cesse renouvelé, les acteurs s’inspirent des circonstances et des drames contemporains et font de la pièce qu’ils représentent une œuvre changeante, incessamment rajeunie.
Les types comiques sont les mêmes que ceux de la comédie italienne : ses masques et ses bouffons s’y retrouvent. Il y a d’abord les quatre types principaux : Pantalon, le Docteur, le Capitan, et les zannis ou valets, avec leurs variétés de fourbes ou d’imbéciles, d’intrigants ou de poltrons ; puis les amoureux, les Horace, les Isabelle ; enfin les suivantes, comme Francisquine.

Ce stage vous est proposé le week-end du 26 et 27 avril 2014 de 10 h à 17 h
(pause déjeuner de 1 h)
À la  Maison pour tous (MPT) Marcel Bou
8-10 rue du docteur Sureau
93160 Noisy-le-Grand

Inscriptions par mail : association.fortuna@gmail.com

ou par téléphone au 01 43 04 44 73

(nombre de place limité)

80 € par personne pour les deux jours
paiement sur place

Stage de théâtre – Conter, ou l’art du mensonge vrai – 16 mars 2014

Lundi 17 février 2014

Conter, ou l’art du mensonge vrai.

Le conteur part du postulat que tout le monde sait qu’il raconte des mensonges. Selon les cultures, il s’excuse par avance. C’est le fameux « Il était une fois » qui situe dans un lieu indéfini, à une époque indéterminée, l’action qui va être racontée. Dans « Les Mille et Une Nuits », le conteur ajoute même, à intervalles réguliers, la phrase fameuse « Il n’y a de vérité qu’en Dieu le très Haut, le très Grand », comme si la caution divine pouvait excuser le pauvre hère simplement humain qui raconte des énormités.

Mais cela n’empêche pas la sincérité. Si, depuis la nuit des temps, quelle que soit la Culture, l’homme se raconte et raconte encore des Histoires, des contes, des légendes, selon un schéma universel, c’est peut-être pour conjurer la peur de la Mort, qui est au fond la seule certitude, la seule vérité.

L’Art du conteur repose sur sa confiance et son incertitude. Sur sa capacité à voyager, à faire voyager, à convoquer l’imaginaire et à imaginer sans fin de nouveaux espaces. C’est donc un compagnonnage, une complicité qui s’établit entre le spectateur et le conteur. Alors il n’y a plus mensonge, mais partage.

Autre chose. Lorsque le conteur est face à un public, il est dans le meilleur des cas protégé par le quatrième mur. Mais la plupart des conteurs ne sont pas dans le confort du théâtre. La petite salle, la place publique, le fameux cercle au coin du feu, sont le plus souvent le lot de celui qui vient conter.

Se pose ensuite la question : que conter ? Une histoire archi-connue ? Mais qui va m’écouter ? Le plaisir du spectateur est alors celui de l’enfant, qui aime qu’on lui raconte cent fois la même histoire. Mais dans ce cas, il faut faire cela bien, être captivant…

Peut-on aussi raconter une histoire nouvelle ? Si oui, d’où vient-elle ? Est-elle nouvelle pour tout le public ? Le conteur y a-t-il ajouté des choses de son cru ? En ce cas, le conteur est-il un improvisateur ?

Nous tenterons d’apporter des réponses à toutes ces questions. Si nous n’avons pas les réponses nous les inventerons…

Si vous avez un conte, un bout de quelque chose, amenez-le…

Intervenant : Philippe PENGUY

Metteur en scène, comédien, auteur, il est directeur artistique de la Cie Cyclone, et  joue régulièrement avec la cie du Huitième Jour.
BOOK DE PHILIPPE PENGUYFormé comme comédien à l’American Center, il joue au théâtre (Charlemagne dans « La chanson de Roland », Pélée dans « Andromaque » d’Euripide, Hélicanus et différents rôles dans « Périclès » de Shakespeare, le grand Tui du palais et différents rôles dans « Turandot » de Brecht, le chevalier dans « L’heureux stratagème » de Marivaux…). Il travaille aussi pour la télévision (Divine Emilie, Vérités assassines, la série « Préjudices »). Parallèlement à son parcours de comédien, il est l’auteur de neuf pièces de théâtre (« Rouge est le sang », « Le passager de la nuit », une trilogie sur le roi Arthur à destination du Jeune Public…).
Passionné par les histoires et les contes, il joue depuis 1999 « Le roi-cheval » qu’il découpe et remanie au gré des circonstances. Ce corpus de textes emprunte à l’imaginaire celte comme aux légendes slaves ou scandinaves, aux contes orientaux, mais aussi à l’imagination de son interprète.
Il a également mis en scène divers spectacles d’humour (« Sans faux-col », « Vérone », « C’est pas grave », qui seront joués dans toute la France (Paris, Rennes, Antibes, Nice, Lyon, Strasbourg…). Il dirige aussi des spectacles de rue pour la compagnie Cyclone (« Un jour au Moyen-Âge » spectacle à 15 personnages, joué depuis 2004), des ateliers d’écriture débouchant sur des spectacles théâtraux au sein des quartiers de la ville de Gonesse (« Les pitoyens » en 2006). En 2008 il écrit et met en scène « Mélisande et le père Noël », une création « Jeune Public » pour la ville de Vitré. En 2009 il conçoit et dirige six spectacles (« Les mousquetaires 1643 », « La salle d’Armes 1740 », « Duellistes sous le Premier Empire », « Les réminiscences », « Le salon littéraire de Madame Récamier », « Un vent de liberté ») à l’occasion de « La Nuit des Musées » et des « Journées du Patrimoine » en 2009, pour le Musée de l’Armée à l’Hôtel National des Invalides. En 2011 il écrit et met en scène « Noce à la Villa » pour la ville de Noisy-le-Grand. En 2012 il met en scène « Macbeth » de Shakespeare pour le théâtre Le Ranelagh, avant de réintégrer la compagnie du 8ème Jour en 2013 pour « L’heureux stratagème » de Marivaux.
Il a également fondé la section d’escrime artistique à Ivry-sur-Seine en 2001, qui compte à l’heure actuelle plus de 80 adhérents, ce qui l’amène à régler les combats de différents spectacles (« Bretagne en Marches », « Les faux jumeaux vénitiens », « Coucy à la Merveille »…).

Ce stage vous est proposé le dimanche 16 mars 2014
de 10 h à 18 h
(pause déjeuner de 1 h)

À la Maison pour tous (MPT) Marcel Bou

8-10 rue du docteur Sureau
93160 Noisy-le-Grand

Inscriptions par mail : association.fortuna@gmail.com

40 € par personne

paiement sur place

Stage – A l’origine était le verbe : le chœur antique. Les Photos

Dimanche 2 février 2014

Voici quelques photos du stage A l’origine était le verbe : le chœur antique , organisé par Fortuna. Un grand merci à notre intervenante, Agnès Valentin pour ce stage au contenu si riche, sur un sujet si important au théâtre : le « être ensemble ».

D’autres photos sur notre page Facebook.

Stage – A l’origine était le verbe : le chœur antique – 26 janvier 2014

Jeudi 5 décembre 2013

A l’origine était le verbe : le chœur antique

« Etre ensemble dans l’écoute des corps et des voix »

Présentation et contenu du stage

Travailler sur le chœur antique, c’est explorer le langage des corps et des voix en cherchant l’unisson, ce qui demande une grande qualité d’écoute entre les acteurs du chœur. Etre à l’écoute des corps et des souffles, trouver les moments où le mouvement et la prise de parole sont justes et s’intègrent dans une écriture globale, tester une sorte de parler-chanter, c’est ce que je vous propose de découvrir ensemble à partir d’extraits de « Phèdre » et de « Médée » de Sénèque. La superbe traduction de Florence Dupont nous livre une parole poétique dense et sauvage, directe aussi. C’est une matière formidable pour libérer l’imaginaire et les sens de l’acteur, pour s’amuser et se dépasser, tout en respectant « la contrainte » du chœur qui est celle d’ « être ensemble » et d’être un relais entre le spectacle et le spectateur. Il s’agit ainsi de trouver la bonne distance dans le lâcher-prise. Faire entendre la parole, écouter l’autre, être attentif à l’autre, être au présent, autant de questions auxquelles nous sommes confrontés régulièrement dans notre cheminement d’acteur. Je vous invite à les partager ensemble, le temps d’une journée.

« L’important est de faire valoir et comprendre l’histoire, faire entendre le langage » Antoine Vitez

Nous commencerons par un échauffement physique (yoga, marches rythmées, exercices d’écoute des corps) et vocal (prise de conscience de la respiration et de notre palette vocale, travail sur des sons, des phrases extraites du texte de Sénèque) pour trouver un état de disponibilité.

Nous poursuivrons par un travail de lecture, de déchiffrage de la parole du chœur, d’exploration des rythmes de ce langage.

Nous expérimenterons enfin une mise en espace du chœur par groupes à l’aide d’exercices (exemple : travail avec un fond sonore comme la mer, le vent, la tempête). Nous chercherons comment le chœur évolue dans un mouvement et une parole communs. Qui guide ? Commente se passe-t-on le relais ?

Informations pratiques : venir avec une tenue décontractée, apprendre une dizaine de lignes parmi les extraits de « Médée » et « Phèdre » qui sont proposés.

Intervenante : Agnès Valentin

PRESSE BOOK AGNES VALENTINAprès avoir obtenu un premier prix d’art dramatique au Conservatoire National de région de Metz, elle a complété sa formation auprès de Stanislas Nordey, Philippe Ferran, Jean-Paul Denizon, Joël Pommerat et Alain Gautré. Elle a récemment participé à un travail de recherche sur le Théâtre de Sénèque sous la direction de Claude Degliame (Cie Jean-Michel Rabeux).

Depuis 2003, elle travaille régulièrement avec la Compagnie Cyclone : elle vient d’interpréter Lady Macbeth dans « Macbeth » de Shakespeare, après avoir joué dans « D’une guerre l’autre, paroles de Français dans la tourmente » dont elle a réalisé le montage des textes, « Noce à la villa » de Philippe Penguy, « Le salon littéraire de Madame Récamier » dont elle a également réalisé le montage de textes, « Mélisande et le Père Noël » conte écrit par Philippe Penguy, « Shéhérazade, l’enchanteresse », spectacle qu’elle a écrit d’après « les Mille et Une Nuits », « Du pain citoyen », spectacle créé à partir d’ateliers d’écriture menés sur la ville de Gonesse, « Les petites morts de Nicolas Flamel » de Mathias Colnos et Véronique Langeley (création contemporaine). Elle a auparavant participé à la création de « Penthésilée, motif » d’après Kleist dans une mise en scène de Julien Gaillard (Cie Oblio-di-Me ) et elle a interprété « La Force de l’habitude »  de Thomas Bernhard, « Italienne avec orchestre » de Jean-François Sivadier, deux spectacles mis en scène par Violaine Chavanne (Cie Tant pis pour la glycine ) ainsi que « Les Femmes savantes » de Molière, dans une mise en scène de Thierry Degré (Cie  Kheops ) et « L’Epreuve » de Marivaux dans une mise en scène de Martine Laisné ( Cie Arcadie ).

Elle a tourné dans « Les Femmes du 6ème étage » de Philippe Le Guay et joue également dans de nombreux court-métrages (« La belle gueule » de Thierry Sausse, « Mon ami Babacar » de Joanna Espinosa, entre autres). Elle participe par ailleurs à des lectures mises en espace (« Œil pour œil » de G. Saêdi, « Frida Kahlo Rhizome » d’après les écrits de Frida Kahlo).

Enfin, elle nourrit un intérêt particulier pour l’écriture, ce qui l’a amenée à faire deux stages d’écriture : l’un au théâtre de l’Epée de bois avec l’auteur Stéphane Jaubertie en 2007, l’autre au T2G avec l’auteur et metteur en scène, Pascal Rambert et l’écrivain Christophe Fiat en 2009/2010. Elle vient d’écrire un scénario, « Au creux du souvenir » et un texte théâtral, « Ariane ou les tribulations d’une petite fille ».

Ce stage vous est proposé le dimanche 26 janvier 2014
de 10 h à 18 h
(pause déjeuner de 1 h)

À la Maison pour tous (MPT) Marcel Bou

8-10 rue du docteur Sureau
93160 Noisy-le-Grand

Inscriptions par mail : association.fortuna@gmail.com

40 € par personne

paiement sur place

Stage de danses anciennes – Dimanche 15 décembre 2013

Dimanche 10 novembre 2013

L’association Fortuna propose un stage de Danses anciennes.

Le dimanche 15 décembre 2013, de 10h à 18h
à la Maison pour tous (MPT) La Varenne :
Rue de Verdun
93160 Noisy-le-Grand
(RER A Bry-sur-Marne puis 9 min à pied)

Inscriptions par mail : association.fortuna@gmail.com
ou par téléphone au 01 43 04 44 73

40 € par personne
paiement sur place en chèque ou en liquide

Ce stage aura lieu dans une salle de danse avec un parquet. Nous vous recommandons de porter des chaussures à semelles lisses.

« La danse est un bien universel qui nous a tous fait perdre la tête au moins une fois. Elle plaît à tout le monde ici-bas. Au ciel même nous en voyons danser plus d’un. »

(À ses compagnons étudiants…, Antonius Arena, vers 1520)

Stage animé par Denis Zaidman.
denis zaidman

Après des études de flûte traversière classique et de musicologie, Denis Zaidman, s’est tourné vers la musique traditionnelle (notamment avec le groupe Quintaine), puis vers la musique du Moyen Age (ensembles in Cortezia, Alégria, etc., avec lesquels il se (ou s’est) produit à Paris, en France et à l’étranger, et a enregistré de nombreux CD).
Actuellement, il joue également dans le prestigieux groupe Aux Couleurs du Moyen Age.
Outre les concerts auxquels il se consacre, il a à cœur d’animer des prestations festives de bal : bals folks d’antan, bals Renaissance et même « bals médiévaux », dont il a contribué à lancer la formule avec l’ensemble Alégria.
Au théâtre, en tant que musicien-comédien, il a pris, ou prend part, à diverses réalisations, notamment sous la direction de Marc François, Jérôme Savary, Christian Rist, Bruno Sermonne, Tonia Galievsky, Philippe Penguy et la compagnie Cyclone, etc.
Passionné par la pédagogie et par les problèmes que posent la restitution et l’interprétation des répertoires anciens, il évoque ces questionnements au cours d’actions pédagogiques (séances de présentations d’instruments du Moyen Age, conférences de découverte de la musique ancienne, actions à destination du public des écoles et collèges, des conservatoires ou du grand public).

Instruments pratiqués :
flûtes à bec, flûtes traversières, fl. harmonique, fl. double, fl. de corne, fl. à trois trous et tambour, cromorne, hautbois à capsule, chalémie, cornemuse, rote, chifonie, choron, orgue portatif.

Discographie :
‘Carmina burana’, ensemble Alégria, CD ARION – Pierre Vérany 791092.
‘Les Miracles de Nostre-Dame’, ensemble Alégria, CD ARION – PV 794113.
‘Pour l’Amour du Ciel’ (Alain Borer), « Les Poétiques de France-Culture »
(André Velter – Claude Guerre), CD Radio-France 211758.
‘La Folie Tristan’, Compagnie Bottom Theatrum Musicum, CD BTM001.
‘Chants séfarades’, ensemble Alégria, CD ARION PV 798091.
‘Les Grans Noëlz Nouveaulx’, ensemble Alégria, CD ARION PV 798111.
‘El Llibre Vermell’ de Monserrat, Musica Reservata, CD SSilvio.
Accompagnement musical pour Les Essais (Montaigne),
lus par M. Piccoli, CDs Frémaux & Associés (FA 8042 & FA 8044).
‘La Domna Savorousa’ (chants d’amour des troubadours et des trouvères), ensemble in Cortezia, CD INCOR1,
‘Vox Nostra Resonet’ (chansons de pèlerins de St Jacques) , ensemble in Cortezia, CD INCOR2.

Programme du stage :

L’association Fortuna propose une initiation aux danses anciennes : branles, « faciles » ou plus élaborés, pavane, danses à figures. Venez apprendre les pas de base de différentes danses Renaissance, venez parfaire votre sens du rythme, entraîner votre oreille musicale et exercer votre mémoire. Le stage s’adresse à tous ceux qui désirent se familiariser avec les danses collectives anciennes, dans un esprit ludique et convivial. Il prévoit aussi l’apprentissage de quelques chansons à danser.